lundi 28 mars 2011

"Filles de mères narcissiques : un héritage psychologique douloureux" selon Linda Martinez-Lewi

Se libérer du narcissique dans sa vie : Linda Martinez-Lewi, titulaire d'un doctorat en psychologie clinique, est thérapeute conjugale. Elle possède une grande expérience clinique dans les troubles narcissiques et borderline.
Le Dr. Martinez-Lewi a travaillé pendant de nombreuses années avec des clients qui souffrent de problèmes psychologiques en raison de leurs relations avec les personnalités narcissiques. Linda Martinez-Lewi est l'auteur du livre "se libérer du narcissique dans sa vie" et propose des consultations téléphoniques à ceux qui sont aux prises avec des personnalités narcissiques dans leur vie personnelle et professionnelle, souffrant de traumatismes de l'enfance, de troubles anxieux et de dépression. Vous pouvez retrouver ses travaux sur son site internet  ICI mais aussi sur le site ezine articles 
Elle publie également régulièrement des articles en relation avec ce sujet. L'un d'entre eux  m'est apparu particulièrement intéressant dans la mesure où il traite une question qui, à ma connaissance, n'a pas été souvent abordée : "les filles de mères narcissiques - un héritage psychologique douloureux".
Voici quelques extraits de cet article traduits en français : 
" Certaines filles de mères narcissiques ont survécu psychologiquement de justesse. Dans les cas les plus extrêmes, certaines d'entre elles se sont laissées mourir de faim par anorexie, ce qui  leur semblait la seule manière de sauver quelques miettes de leur existence. Nous connaissons ces filles même si le secret qu'elles ont conservé sur les privations et les abus de leur mère sont bien camouflés derrière des visages rayonnants, lumineux et un solide portefeuille professionnel. Prises au piège de leur petite enfance, elles sont victimes d'une mère qui a été incapable de les aimer.
La mère narcissique fusionne psychologiquement avec sa fille. Sa froideur et son manque d'empathie affecte son enfant dès la naissance. Ces mères traitent leurs filles non pas comme des individus uniques mais comme des extensions d'elles-mêmes. Les mères narcissique vont saboter les efforts de leurs filles tendant à devenir des personnalités distinctes. La mère narcissique est jalouse de sa fille à tous les niveaux. Cela devient particulièrement manifeste lorsque l'enfant devient adolescent. Si des jeunes hommes commencent à approcher et à éprouver une attirance sexuelle envers cette jeune femme, cela met la mère narcissique hors d'elle. Elle est rongée par l'envie de rivaliser avec sa fille. La mère porte alors atteinte à son enfant en formulant une série de mensonges qui vont ébranler la confiance de sa fille en son identité féminine. L'emprise hypnotique qu'une mère narcissique a sur sa fille peut être si forte et pathologique que l'enfant ne sait plus ce qu'elle pense ou ressent. La mère narcissique s'attribue le crédit des réalisations de sa fille en même temps qu'elle critique sans cesse et rabaisse son enfant pour avoir pris des initiatives ou avoir eu des idées créatives. La fille qui ose penser pour elle-même ou qui tend à s'individualiser psychologiquement est fortement critiquée, étiquetée comme un rebelle et rayée de tout rôle significatif dans la famille. La mère narcissique entraîne souvent d'importantes et nuisibles failles psychologiques parmi ses enfants. Les mères narcissiques vont dresser un enfant contre son frère et utiliser (ou être à l'origine) de conspirations secrètes pour empoisonner et détruire encore les relations entre ses enfants. 
Elle choisit plus particulièrement un enfant. Souvent, il s'agit d'un enfant qui est particulièrement attirant physiquement, très intelligent, ou qui affiche un talent artistique ou musical. Cet enfant est adoré par sa mère. L'enfant choisi ne peut mal faire, même si il ou elle est cruel(le), méchant(e) et sournois(e) envers les autres. L'enfant choisi est l'incarnation parfaite de la mère. La mère narcissique choisit un autre enfant comme " perdant ". Cette fille devient la cible et le réservoir de l'expression des sentiments inconscients de haine d'elle-même et de dévalorisation de la mère narcissique. Cet enfant est à la merci du venin toxique de la mère narcissique.
Les mères narcissiques ne sont jamais satisfaites. Si la fille obtient une note B en cours, elle aurait pu avoir A. " Il suffit de t'appliquer. Quel est ton problème ?" Les mères narcissiques sont obsédées par l'image. Si la fille prise pour cible est légèrement en surpoids, la mère fait des remarques sarcastiques sur le corps de son enfant. " Tu es un peu ronde, tes bras sont trop épais. Ton amie Sandra est belle et mince. Si tu faisais un peu attention à ce que tu mangeais, tu serais aussi attirante qu'elle ." Les mères narcissiques sont implacablement cruelles et critiques. Elles trouvent des failles chez la fille parfaite. Les mères narcissiques souffrent toujours d'un trouble grave de la personnalité. Ces personnes sont totalement centrées sur elles-mêmes, froides, manipulatrices, fourbes; elles exploitent autrui et manquent de la moindre empathie. La plupart des filles de mères narcissiques survivent à cette violence maligne. Elles apprennent à bloquer leurs émotions fortes et évitent les remarques de leurs mères pour se sauver. Certaines filles deviennent très rebelles, tombent dans la drogue, l'alcool ou le sexe et quittent prématurément leur foyer familial.
Les filles de mères narcissique peuvent guérir par un travail de psychothérapie. Une des premières solutions est de reconnaître qu'elles n'ont jamais eu une vraie mère, une personne qui les aimait et se souciait d'eux en tant que personne distincte, un être humain précieux, et d'en faire leur deuil. Les filles apprennent qu'elles ne sont pas leurs mères. De la même manière qu'elles n'ont pas été bien traitées, certaines filles passent leur vie à entretenir des relations dysfonctionnelles avec des hommes qui ressemblent à leur mère narcissique. Elles répètent les schémas psychologiques de l'enfance plutôt que de travailler sur la douleur et la transformer.
De l'autre côté du "miroir" de la transformation, les filles de mères narcissiques sont nées une seconde fois. Elles prennent conscience de la beauté de leur corps, de l'exquise beauté de leur esprit et de leur psychisme et de la capacité de leurs âmes. C'est alors qu'elles se sentent authentiques --- pleinement vivantes."

samedi 24 avril 2010

In memoriam Alice Miller, la pédopsychiatre de l'enfance maltraitée



Alice Miller, la pédopsychiatre suisse, célèbre pour ses écrits sur l'enfance maltraitée, est décédée le 14 avril à l'âge de 87 ans dans sa maison du sud de la France. Elle laisse derrière elle une œuvre considérable consacrée à la violence exercée sur les enfants et à ses " conséquences dévastatrices " dans la société. " Alice Miller a écrit 13 livres en allemand dont la quasi-totalité a été traduite en 30 langues ", a rappelé la porte-parole Tanja Postpischil. Ses constatations reposent sur les récits de ses patients, de nombreuses études sur les biographies des dictateurs et d'artistes très connus. La pédopsychiatre estimait que la racine de la violence résidait dans le fait que des enfants du monde entier sont battus dans les premières années de leur vie et qu'ils reproduisent ensuite cet abus du pouvoir de l'adulte sur l'enfant. En 1980, dans son ouvrage intitulé " C'est pour ton bien " ( en allemand Am Anfang war Erziehung, littéralement Au commencement était l'éducation ) , elle avait illustré son propos des exemples d'Hitler et Staline et avancé notamment l'idée que le père d'Adolf Hitler, en frappant son fils et en le persécutant moralement, l'aurait poussé à se dévaloriser et à mépriser les Juifs. Il aurait ainsi reproduit, en arrivant au pouvoir, les sévices que lui avait fait subir son père.

Si Alice Miller s'oppose à la théorie freudienne de la pulsion et récuse l'idée que la violence pourrait se trouver dans les gènes, elle considère que cette dernière prend sa source dans les premiers jours, mois et semaines de la vie et émet l'idée que des enfants victimes puissent neanmoins échapper à un destin de bourreaux en croisant sur leur route ce qu'elle appelle un " temoin secourable ". Ainsi précisait-elle : " Il est intéressant que dans les enfances de tous ces dictateurs, comme aussi dans ceux des criminels en série, on ne trouve pas de personnes que j'appelle " les témoins secourables ". Il s'agit de personnes que presque chacun de nous connaît, quelqu'un qui nous a aimé, qui nous a donné un peu de chaleur, un peu de confiance en nous. Grâce à la présence d'une telle personne (même très passagère), nous pouvions développer l'espoir de trouver l'amour dans notre vie. Mais si une telle personne ne partage jamais la vie de l'enfant en le réconfortant, celui-ci ne connaîtra que la violence. Il la glorifiera et la perpétuera. "

Les ouvrages d'Alice Miller parus en français sont " Le drame de l'enfant doué ", " C'est pour ton bien ", " L'enfant sous terreur ", " Images d'une enfance ", " La souffrance muette de l'enfant ", " La connaissance interdite ", " Abattre le mur du silence ", " L'avenir du drame de l'enfant doué ", " Chemins de Vie - Sept Histoires ", " Libres de savoir : Ouvrir les yeux sur notre propre histoire ", " Notre corps ne ment jamais " et le dernier en date " Ta vie sauvée enfin " témoigne à quel point Alice Miller aurait encore pu nous apporter.

Pour en savoir plus :
http://www.alice-miller.com/index_fr.php
http://www.alice-miller.com/articles_fr.php?lang=fr&nid=18&grp=11
http://www.alice-miller.com/interviews_fr.php?page=1

Source : AFP via Lematin.ch - credit photo : http://www.myspace.com/dralicemiller

mardi 20 octobre 2009

Mireille Dechaume : elle bannit le mot "maman" de son vocabulaire


"Je ne vous appellerai jamais Maman" de Mireille Dechaume.

4eme de couverture :
"Comment réussir à se construire lorsque, depuis la plus tendre enfance, votre propre mère vous rabâche qu’elle aurait dû vous étrangler à la naissance ? Battue, affamée, insultée, humiliée, la petite fille, devenue la bonne à tout faire de cette famille nombreuse, a enduré le pire depuis le début de sa courte vie. Sans cesse ballottée, elle alterne les déménagements, les placements en institutions et les retours dans son foyer. Son supplice va continuer jour après jour, jusqu’à ce que l’adolescente fugue, seule planche de salut pour échapper définitivement à son bourreau.

Au-delà du sadisme de cette mère, qui n’en est plus une, et dont l’existence chaotique ne peut excuser la cruauté envers sa fille, que dire de tous ceux qui savaient ? Bien au chaud dans leurs certitudes et par confort moral, ils n’ont rien voulu entendre, voir ou comprendre.

Cette histoire bouleversante, qui s’est déroulée dans l’indifférence générale de l’entourage et des services sociaux, ne comporte pourtant ni haine, ni rancœur. Voilà peut-être la plus grande force de cette enfant devenue femme. Mireille Dechaume, marquée à jamais, a mis plus de trente ans avant de pouvoir évoquer son enfance. Ses mots simples et justes nous chavirent le cœur et nous écorchent l’âme. Plus qu’un témoignage, ce récit est un véritable cri pour mieux conjurer le malheur."

Il n'est pas certain que ce livre soit encore disponible à la vente. Je remercie, pour ma part, Mireille Dechaume de me l'avoir offert et du touchant message qui l'accompagnait.

vendredi 28 août 2009

Les nuits avec mon ennemi

Les Nuits avec mon ennemi - Sleeping with The enemy.

Plusieurs victimes m'ont affirmé avoir reconnu les moments d'angoisse vécues par l'héroïne du film.

Voici le résumé publié par Telerama du film " Les nuits avec mon ennemi " ( " Sleeping with the enemy " étant le titre original ) : " Laura et Martin sont mariés depuis quelques mois. Ils vivent au bord de la mer, dans une grande maison isolée. Peu à peu, Martin dévoile son véritable visage. Despotique et brutal, il n'hésite pas à battre Laura sans raison, la retenant prisonnière. Un jour, en simulant une noyade, Laura parvient à échapper à son tortionnaire. Elle s'installe à Abbeville, une petite ville de Caroline du Sud, et y refait sa vie. Mais Martin comprend qu'elle est toujours vivante et se lance sur ses traces. Le hasard le conduit dans l'hospice où vieillit paisiblement la mère de Laura, le jour même où la jeune femme, déguisée en homme pour éviter d'être reconnue, lui rend visite. Martin ne reconnaît pas son épouse, mais obtient son adresse ... ".

Voici la bande annonce en V.O. :

Les Nuits avec mon ennemi
Bande annonce vo publié par CineMovies.fr - Les sorties ciné en vidéo
également visible sur Comme au Cinema ... sauf que le Cinéma a parfois des accents de triste réalité.