lundi 28 mars 2011

"Filles de mères narcissiques : un héritage psychologique douloureux" selon Linda Martinez-Lewi

Se libérer du narcissique dans sa vie : Linda Martinez-Lewi, titulaire d'un doctorat en psychologie clinique, est thérapeute conjugale. Elle possède une grande expérience clinique dans les troubles narcissiques et borderline.
Le Dr. Martinez-Lewi a travaillé pendant de nombreuses années avec des clients qui souffrent de problèmes psychologiques en raison de leurs relations avec les personnalités narcissiques. Linda Martinez-Lewi est l'auteur du livre "se libérer du narcissique dans sa vie" et propose des consultations téléphoniques à ceux qui sont aux prises avec des personnalités narcissiques dans leur vie personnelle et professionnelle, souffrant de traumatismes de l'enfance, de troubles anxieux et de dépression. Vous pouvez retrouver ses travaux sur son site internet  ICI mais aussi sur le site ezine articles 
Elle publie également régulièrement des articles en relation avec ce sujet. L'un d'entre eux  m'est apparu particulièrement intéressant dans la mesure où il traite une question qui, à ma connaissance, n'a pas été souvent abordée : "les filles de mères narcissiques - un héritage psychologique douloureux".
Voici quelques extraits de cet article traduits en français : 
" Certaines filles de mères narcissiques ont survécu psychologiquement de justesse. Dans les cas les plus extrêmes, certaines d'entre elles se sont laissées mourir de faim par anorexie, ce qui  leur semblait la seule manière de sauver quelques miettes de leur existence. Nous connaissons ces filles même si le secret qu'elles ont conservé sur les privations et les abus de leur mère sont bien camouflés derrière des visages rayonnants, lumineux et un solide portefeuille professionnel. Prises au piège de leur petite enfance, elles sont victimes d'une mère qui a été incapable de les aimer.
La mère narcissique fusionne psychologiquement avec sa fille. Sa froideur et son manque d'empathie affecte son enfant dès la naissance. Ces mères traitent leurs filles non pas comme des individus uniques mais comme des extensions d'elles-mêmes. Les mères narcissique vont saboter les efforts de leurs filles tendant à devenir des personnalités distinctes. La mère narcissique est jalouse de sa fille à tous les niveaux. Cela devient particulièrement manifeste lorsque l'enfant devient adolescent. Si des jeunes hommes commencent à approcher et à éprouver une attirance sexuelle envers cette jeune femme, cela met la mère narcissique hors d'elle. Elle est rongée par l'envie de rivaliser avec sa fille. La mère porte alors atteinte à son enfant en formulant une série de mensonges qui vont ébranler la confiance de sa fille en son identité féminine. L'emprise hypnotique qu'une mère narcissique a sur sa fille peut être si forte et pathologique que l'enfant ne sait plus ce qu'elle pense ou ressent. La mère narcissique s'attribue le crédit des réalisations de sa fille en même temps qu'elle critique sans cesse et rabaisse son enfant pour avoir pris des initiatives ou avoir eu des idées créatives. La fille qui ose penser pour elle-même ou qui tend à s'individualiser psychologiquement est fortement critiquée, étiquetée comme un rebelle et rayée de tout rôle significatif dans la famille. La mère narcissique entraîne souvent d'importantes et nuisibles failles psychologiques parmi ses enfants. Les mères narcissiques vont dresser un enfant contre son frère et utiliser (ou être à l'origine) de conspirations secrètes pour empoisonner et détruire encore les relations entre ses enfants. 
Elle choisit plus particulièrement un enfant. Souvent, il s'agit d'un enfant qui est particulièrement attirant physiquement, très intelligent, ou qui affiche un talent artistique ou musical. Cet enfant est adoré par sa mère. L'enfant choisi ne peut mal faire, même si il ou elle est cruel(le), méchant(e) et sournois(e) envers les autres. L'enfant choisi est l'incarnation parfaite de la mère. La mère narcissique choisit un autre enfant comme " perdant ". Cette fille devient la cible et le réservoir de l'expression des sentiments inconscients de haine d'elle-même et de dévalorisation de la mère narcissique. Cet enfant est à la merci du venin toxique de la mère narcissique.
Les mères narcissiques ne sont jamais satisfaites. Si la fille obtient une note B en cours, elle aurait pu avoir A. " Il suffit de t'appliquer. Quel est ton problème ?" Les mères narcissiques sont obsédées par l'image. Si la fille prise pour cible est légèrement en surpoids, la mère fait des remarques sarcastiques sur le corps de son enfant. " Tu es un peu ronde, tes bras sont trop épais. Ton amie Sandra est belle et mince. Si tu faisais un peu attention à ce que tu mangeais, tu serais aussi attirante qu'elle ." Les mères narcissiques sont implacablement cruelles et critiques. Elles trouvent des failles chez la fille parfaite. Les mères narcissiques souffrent toujours d'un trouble grave de la personnalité. Ces personnes sont totalement centrées sur elles-mêmes, froides, manipulatrices, fourbes; elles exploitent autrui et manquent de la moindre empathie. La plupart des filles de mères narcissiques survivent à cette violence maligne. Elles apprennent à bloquer leurs émotions fortes et évitent les remarques de leurs mères pour se sauver. Certaines filles deviennent très rebelles, tombent dans la drogue, l'alcool ou le sexe et quittent prématurément leur foyer familial.
Les filles de mères narcissique peuvent guérir par un travail de psychothérapie. Une des premières solutions est de reconnaître qu'elles n'ont jamais eu une vraie mère, une personne qui les aimait et se souciait d'eux en tant que personne distincte, un être humain précieux, et d'en faire leur deuil. Les filles apprennent qu'elles ne sont pas leurs mères. De la même manière qu'elles n'ont pas été bien traitées, certaines filles passent leur vie à entretenir des relations dysfonctionnelles avec des hommes qui ressemblent à leur mère narcissique. Elles répètent les schémas psychologiques de l'enfance plutôt que de travailler sur la douleur et la transformer.
De l'autre côté du "miroir" de la transformation, les filles de mères narcissiques sont nées une seconde fois. Elles prennent conscience de la beauté de leur corps, de l'exquise beauté de leur esprit et de leur psychisme et de la capacité de leurs âmes. C'est alors qu'elles se sentent authentiques --- pleinement vivantes."

15 commentaires:

  1. merci pour cette article.... ça fait longtemps que j'ai fait le deuil d'une vraie mère (et d'un vrai père d'ailleurs aussi mais j'ai pas vécu avec lui pratiquement). ils sont tous les deux narcissiques mais ma mère l'est au sens pathologique !!! comme quoi j'affine encore la compréhension de tout ça une fois que le travail affectif de deuil est fait... je lisais pas mal de choses sur les parents pervers narcissiques... et je trouvais le profil un peu exagéré dans le cadre de ma mère et de mon beau père : mais quand je lis le portrait du narcissique, oui, il y a clairement de ça !!!! et le narcissisme peut mener à la perversion narcissique... logique... je ne voulais pas croire quand on me disait que j'étais résiliente... mais si... très tôt j'ai appris à me protéger de ma mère, j'ai eu un très bon instinct (ce qui faisait dire à mon beau père que j'avais de la ressource, sic). puisse cet article en éclairer d'autres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps passe mais les choses ne changent pas. Faire un deuil signifierait considérer la personne comme morte.
      Je constate avec regret que ma mère correspond au profil de la mère narcissique que vous décrivez. Depuis mon adolescence, les gens lui font des reprochent car elle m'empêchait de fréquenter les jeunes de mon âge. Je pensais que c'était pour mon bien. Avec le temps, à chaque étape de ma vie, rien n'a jamais changé. Quand je me fâchais, elle me coupait les vivres et j'arrêtais mes études à l'époque pour travailler. J'ai attendu d'avoir une notoriété dans mon travail avant d'avoir mon premier copain, mais elle continuait à me castrer. J'ai fait d'énormes sacrifices pour elle, mais elle doit être amnésique, même si les preuves écrites et physiques sont là, elle va le nier.
      Le pire qui me soit arrivé, c'était qu'un jour, je sortais avec un homme sans lui dire pour éviter la castration, et l'homme a profité de nos querelles pour tenter de séduire ma mère. Elle m'en veut encore, me reprochant d'avoir eu des relations avec lui, mais je pense au fond de moi, que c'était parce qu'elle le voulait. Souvent, lorsqu'on fréquente des gens, si ce sont des femmes, elle me rabaisse par rapport à la réussite financière de ces femmes, et si ce sont des hommes, elle aime les charmer et me rabaisser devant eux comme si nous étions rivales.
      Je connais ma valeur, que je suis quelqu'un de bien, capable de tout donner pour les autres et mes amis.
      J'ai bientôt 30 ans et pour tenter d'avoir à mon tour une vie de famille à laquelle j'aspire depuis tellement longtemps, je dois travailler sur moi-même car je sais qu'une distance ne suffira pas, elle reviendrait me hanter et me torturer. Il me faudrait peut-être 20ans pour oublier.

      Supprimer
    2. Merci pour cet article.
      53 ans de souffrance.
      Une vie ratée.
      Une souffrance quotidienne et absolue.

      Supprimer
    3. j'aime ce que tu as dis ,pratiquement on ne pourra pas décrire cette souffrance ,moi aussi est comme ç elle a essayé de gacher ma vie non seulement du couple mais aussi ma carrière mes études et récement ma relatioon avec ma fille

      Supprimer
  2. Courage Maiden.

    Je t'ai lue, tu y arriveras. Tu es forte,intelligente et articulée.

    Tu sais ce n'est pas nécessaire d'oublier, au contraire souviens-toi. Et ne doute pas de ta force et de ta capacité à avoir une vie digne de celle que tu mérites.

    Les épreuves que tu as traversées ont fait de toi une femme lucide et avertie.

    Le temps apaise les plus grandes souffrances. Je le sais je suis passée par la même chose que toi.

    Encore une fois: courage <3

    RépondreSupprimer
  3. Je lis, je lis et je pleure...a n'en plus finir...

    J'ai 30 ans et je viens de me rendre compte que ma mère fait parti de ces gens-là...

    Elle a tj rejeté la culpbilité sur moi, je n'ai jamais compris pourquoi. Je la fermais et encaissais sans broncher.

    Depuis ado,je lui "reproche d'être la mère de ma mère". Toujous tout faire à sa place. Jusqu'a "élever" son enfant qui est né lorsque j'avais 11 ans (il m'appelait "maman").
    J'ai toujours eu une relation fusionnelle avec elle,c'est du moins ce que je pensais.
    Notre vie a été basé sur des mensonges, des relations "volages", instables,venant de sa part.

    Ma 1ere relation amoureuse a commencé à 16 ans, j'étais très bin intégré dans la famille. On me considérait comme leur enfant. Ils m'ont rescolarié (ma mere,ne le jugeait pas nessaire), il m'offrait tout ce dont j'avais besoin (besoin et non capice). Dès que je franchissais la porte de chez moi, c'était la guerre. "Tu veux nous faire mal au coeur avec tes noveaux vetements??" "Ben oui tu as été au resto, pendant que nous crevons de faim" et d'un autre coté, elle dit aux gens "je suis si fière de mes enfants, elles reusissent si bien leur vie"... Je suis restée 7 ans avec cette personne. A 18 ans, je partais de chez moi.

    Nous avons rompu, je suis retourné chez ma mere qui m'a accueilli "les bras ouverts". A conditions de payer mes etudes seules et d'assumer... J'allais travailler 3 fois par semaines dans un resto afin de reussir mes études et surtt de les payer (je ne parle pas des études supérieurs, mais bien des secondaires). je n'avais pas le droit à l'erreur. Je me suis accrochée et j'ai reussi.

    La vie a continuée.

    Je fini mes études, commence a travailler, à gagner ma vie.

    J'ai des amis, une vie sociale normale.

    Je rencontre quelqu'un, ca dure. Ma mere l'adore. Jusqu'a ma grossesse.
    Ce n'est plus un mère, mais un monstre que j'ai devant moi. Une grossesse qui m'oblige à reste au repos. Et là les ennuis commencent. Pour un ènième mensonge qu'elle n'assume pas. Je me fais harceler moralement, par "ma soeur" Je me fais insulter par celle-ci, ainsi que par sa nouvelle relation.cela dure des mois. Je suis au bout du rouleau, en justice avec mon pere afin d'établir ma paternité ca là dessus elle m'a menti. En me présentant un mr arié de nulle part comme mon père. Pour m'avouer après 10 ans de mensonges (et de reproches de ma part) que finalement ce n'était pas vrai.

    Je met au monde un magnifique petit garçon, qui m'aide chaque jour à me montrer que la vie est belle. Que la tentatve de suicide que j'ai faite quelques années auparavent n'a servi a rien. Juste à lui montrer l'emprise qu'Elle a sur moi.

    Suite à une dispute où elle m'a inutler, ainsi que mon conjoint tout ça devant mon fils de 2 ans qui pleurait,ne comprennant pas pourquoi sa grand mère hurlait ainsi sur sa propre maman. J'ai décidé de prendre des distances.
    Malgré ca, elle continue à me pourrir la vie, en me faisaint culpabiliser, me jettant la faute, ...

    Je suis à bout de tout..
    Je ne sais plus quoi faire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Om Mamamia!

      J'ai 42 ans et une mère narcissique. Nous sommes 4 soeurs et de ce côté, pas de différences: nous avons toutes subies les mêmes traitements de sa part donc nous sommes solidaires et nous nous aidons quand elle nous attaque (toujours individuellement bien sure)!

      Pour en venir à ta mère, je pense que l'éloignement est une très bonne chose. Une règle que nous avons mis en place avec mes soeurs: NE JAMAIS RIEN LUI CONFIER D'INTIME OU DE CHOSES QU'ELLE POURRAIT RETOURNER CONTRE TOI POUR TE BLAISSER.

      Trouve toi une ou des mères de substitutions, des femmes que tu admires pour leurs qualités humaines et dont tu aurais apprécié d'être la fille. Tisse des liens avec cette ou ses femmes, reçois l'amour qu'elle ont à te donner. Ne te prive pas de la générosité de certaines femmes qui ont tant d'Amour à donner, qui sauront t'écouter, te conseiller. Des mères au plein sens du terme. Ca va t'aider à te défaire de l'emprise qu'a ta mère sur toi.

      Quant à ta relation avec ta vraie mère, comme-ci tu pilotais un bateau le long d'une côte: pratique la navigation à vue!
      Quand elle est trop toxique: met les voiles, disparait au large.
      Quand s'est possible de partager un repas ou de passer un week end ou une semaine ensemble SOUVIENS TOI QUE CA SERA TOUJOURS UNE RELATION A SENS UNIQUE donc écoute ce qu'elle a à dire. Ca n'ira pas au delà d'une rencontre physique, tu auras vu ta mère, ton fils aussi, mission accomplie. Si ça s'envenime et qu'elle t'insulte: pars, ne laisse pas ton fils assister à tout ça. En tête à tête tu peux aussi lui régler son compte, ça te fera beaucoup de bien de vider et de déposer tes vieilles valises. Dis lui la vérité calmement sur ce qu'elle est sans jamais l'agresser ni lui proférer d'insultes. Dis lui qu'elle harcèle et que ce comportement est puni par la loi et que ça se soigne avec un psychothérapeute, que dans certaines villes c'est même gratuit! Que ce qu'elle t'a fait subir jusque là s'appelle de la violence psychologique.

      Soi ferme, imparable, monte le ton s'il le faut et dis lui que tu n'es ni une victime, ni un bourreau pour supporter tout ça. Ca te permettra de placer tes limites avec elle.

      La mienne fond en sanglot lorsque ça arrive, elle passe du bourreau à la victime et tente de me faire culpabiliser en me disant:"Si tes grands parents te voyaient (ils sont décédés), ils auraient honte d'avoir une petite fille comme toi! Honte! Jamais on aurait osé parler comme ça à nos parents"! Et elle pleurniche. Pendant ce temps là tu peux lui réciter dans le calme et la douceur les règles d'une communication saine et de lui dire que c'est ce que tu aurais toujours voulu avoir avec elle.
      Généralement, ça tourne en rond mais ça te permettra le soulagement qu'on a lorsqu'on redirige la violence à sa source.

      Lis tout ce que tu peux sur le sujet de la violence psychologique et surtout pense à toi, fais le ménage de toutes ces choses que tu as reçu gratuitement et qui ne t'appartiennent pas.

      La spiritualité que je vie au travers de la philosophie des Védas et de la pratique du yoga m'a aussi beaucoup aidé. J'aime beaucoup " Le livre de la paix intérieure" de BKS Iyengar. Je prie beaucoup pour la paix sur terre (prière du notre père, prière universelle). Remets ces problèmes de violence à l'Eternel, demande lui qu'il t'apporte la lumière, demande la compréhension et le pardon. Fais brûler du bon encens chez toi. Tu peux aussi utiliser les pierres: cristal de roche sur toi ou dans ta maison, quartz rose pour l'amour et les relations positives. Prend le temps de savourer dans ton cocon une tasse "Yogi tea"(en épicerie bio) pour rester zen.

      Soi forte chouchou. Je t'envoie tout mon amour et l'énergie des plus belles fleurs de mon jardin.

      Bon courage








      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. njour à tous, j ai été victime d une mère narcissique, elle était très jalouse elle m insultait me rabaissait sans cesse ne supportait pas me voir heureuse elle provoquait des querelles pour rien pour me rendre malheureuse et quand j'étais mal elle etzit heureuse on s entendait bien... Ce genre de taré n écoute jamais ne parle que d elle même . Elles se voient parfaite et par conséquent n accepte aucune critique ne supporte pas les blagues .. Étant de nature taquin elle m'a ruinait la personnalité à force de me rabaisser de me rendre malheureuse... On développe une sorte de maladie mental on se trouve nul inintéressante car jamais écouté on parle dans le vide ou rabaissé car jalouse et mécontente de notre joie elle me traitait de gamine quand j étais rayonnante.. Elle me contredisait sur tout en disant n importe quoi. sorte de domination car jalouse elle critiquent toutes les femmes dehors n importe ou n importe quelle situation elle rabaisse les femmes car jalouse.. Je ne pouvais maigrir elle me voulait grosse s acharnait de vice pendant mes régimes elle fume le joint et je suis tombé dedans car des l âge de 14 ans elle m'a demandait de lui a trouver.. J ai voulu arrêter à 22ans car assez d être un légume. Je l ai sorti de la et l enfer quand elle pleurait pour en avoir se mettait les nerfs sur moi durant l abstinence créer des disputes etzit jalouse car j'y arrivais mieux donc sevrage sans communication sans entraides un cauchemar. Elle souhaitait pzs me voir réussir dans la vie car elle avait échoué elle voulait vraiment être mieux que moi elle me cherchait les défauts elle l'a meilleure une vraie folle. Et pour finir Elle a charmé mon premier amour et par les gestes physique je l ai appris 2ans plus tard par lui même. Et il m'a aussi fzit ouvrir les yeux sur sa façon de me traiter. Elle ne m aimait pas. C est très dur à comprendre à réaliser car c est la mère, on ne le voit pas on ne veut pas y croire. Et elle a de multiples masques aussi. On la voit cool drôle sympa... Mais en regardant de plus près une folle qui n écoute pas qui ne parle que d elle même qui n'a pas d empathie qui critique autrui sans cesse qui rabaisse les autres aussi, pour soi même c est difficile de le voir, très mais j ai remarqué heureusement. Et j ai compris ma maltraitance 10ans plus tard on peut se considérer comme martyre car on s y accommode on ne le voit pas et on vit avec. Et après avoir su pour la tentative de sexe avec mon ex je lui ai tout déballé elle pleurait et me disait faux puis la colère d être démasqué.. je l ai étranglé de rage tant c est immonde j ai ouvert les yeux et j avais envi de la tuer. De me haïr de me faire ça de m avoir traiter comme ça j ai serrer džns ma tête.. Elle a fait sa victime auprès de mon père qui m'a envoyé en hôpital psychiatrique mais je leur ai raconté mon histoire et ont vu ma douceur ils m ont relâché 2 semaines plus tard. Elle l avait dans le... Maintenant je ne la vois plus elle est morte pour moi. J ai survécu avec des psy pour mon mental de martyre et ça va mieux loin d elle je me sens plus nul je me sens aimé et j ai de l attention chose que je n ai jamais eu. Et je ne suis plus dans l incapacité Dr parler de moi trop renfermé sur moi même. J espère vous avoir aidé à vous reconnaître. Bon courage à vous. Charline

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Et oui sans oublier quelle rejette la faute sur nous tout le temps ils adorent nous voir culpabiliser ça les fzit jubiler et ils nous font croire qu'on est très mauvais. Charline

    RépondreSupprimer
  8. Ils adorent rejetter la faute sur les autres et adorent voir les gens culpabiliser aussi... Ça les fait jubiler puis ils nous traitent de mauvais. Il retourne les situations aussi. Charline

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi et ca dure depuis 42 ans mais j ai cette force mental a supporter ce que je subi mais y a dieu tout puissant qui me protege !!!

    RépondreSupprimer
  10. le film de ma vie défile en vous lisant ,j ai fait une dépression et beaucoup de maladies j'étais complètement isolée ma mère est mème parvenue à effacer toute possibilité de mémoire je me souviens de rien de mon enfance ,elle nous montait les uns contre les autres et spécialement moi la fille unique et eux sont mes cinq frères la seule personne qui s occupais de moi était papa puis suite à son décès la situation à empirer, très top je me suis rendue compte qu'elle n'admettait pas que je puisse exister en dehors d'elle ou avoir un autre role que de la perdante elle m humiliait sans cesse me réduisait à néant ; j ai épousé un narcissique j ai eu une petite fille mais l'enfer est devenu plus insupportable puisque maman s'est installée chez moi quelques moi après j ai commencé à avoir des crises d'asthme puis des angoisses terribles je me suis réfugiée dans la dépression , puis biensur ma mère a voulu avoir aussi l'emprise sur ma fille et lui raconté des méchancetés sur moi et la culpabiliser pour la garder avec elle de l'affection calculée jusqu'à ce qu elle l'obligea à dormir avec elle et de ne plus rester avec moi ni dans sa chambre ,là je me suis décidée à réagir je me suis faite aider d un medecin et j'ai cherché un boulot là je deviens la mère indigne elle me punissait sans cesse me piégeait dans la culpabilité ectje rois que meme des fois je me punissais toute seule par moment , j ai divorcé , j'ai cessé de l’écouter mais je ne suis pas certaine que je ne suis plus sous son emprise je culpabilise moins mais je suis d'une société ou les parents c sacré encore plus la maman ,elle a maintenant 88 ans au lit mais vivaaante et mes frères et elle ont décidé que c'est à moi de m on occuper parceque je suis la fille ...pas fini et moi j'ai 51 ans seule elle ne me lâche pas des fois je suis convaincue qu'elle parviendra à m'anéantir avant elle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Envoyez les sur les Roses: j'ai vecu avec une mère narcissique et bipolaire, dans une famille très a l'ancienne. Quand ma mère a fait sa tentative de suicide, je n'ai pas donné suite, idem quand elle a enfin reussi sa tentative, je ne voulais plus avoir affaire a cette famille de malades et de manipulateurs.

      De fait, pour la famille, je suis la responsable de la mort de ma mère, ils n'ont jamais pris en compte de pourquoi j'avais fuit la famille et pourquoi je refuse d'avoir des enfants, meme aujourd'hui, pour eux, je suis la ratée, celle qui a poussé sa mere au suicide.

      Përsos, j'ai laché prise, et meme si je me sens coupable, je n'arrive pas a pardonner, ni elle, ni ma famille, et le pire c'est que mon père est dans le même genre, en pire.

      De fait, je fait ma vie dans mon coin, ils m'ont torpillé mon avenir, ont reussi a me foutre a la rue, et ce n'est que maintenant, a 35 ans que je peux enfin tenter de penser a mon avenir, avec mon compagnon.
      Je manque de confiance en moi, j'ai peur des autres, a cause d'eux et de ce que j'ai vecu, Mais quand j'ai refusé d'obeir, et de lacher les vérités, ils ont niés comme d'hab, et ont été lacher a tous que je mentais. Persos, peu m'importe, j'ai quitté un milieu nocif, et qu'ils soient sur leurs lits de mort, seuls, Ils m'ont ecartés de la famille, mais j'attend le jours ou l'un d'eux viendra, j'avais tendu une main pour demander de l'aide, on m'as pris pour une conne, c'etait la dernière fois.

      De fait, je vous conseille d'envoyer vos frères sur les Roses, et d'expliquer correctement, le pourquoi de votre demarche si jamais on viens vous ennuyer.

      Quand au caractère sacré des parents, personnellement, je l'emmerde profondément. Quand j'entends des "Mais tu sais, on n'as qu'une seule père et une seule mère" j'ai envie de repondre: c'est faux.
      Les familles de substitution existent, et heureusement. On ne choisis pas ses parents et être un géniteur ne fait pas de nous obligatoirement un parent !

      Supprimer